Norman Powell et les Raptors s’emparent d’une 5e victoire en 6 matchs

C’est presque comme si l’inauguration de saison catastrophique des Raptors n’avait jamais eu lieu, ces temps-ci, alors que Toronto a finalement retrouvé son haut degré de hargne lors de ses dernières victoires, particulièrement celle face aux Grizzlies de Memphis, lundi. L’histoire se répétait contre une équipe des Wizards en déroute ce soir alors que Norman Powell obtenait le poste de titulaire à la place du toujours blessé OG Anunoby.

1er quart

Deux des trois complices du succès des Raptors à leur dernier engagement, face à Memphis, Pascal Siakam et Norman Powell semblent toujours bénéficier du momentum de lundi soir en marquant chacun leur tour les deux premiers paniers du club pour lancer le bal.

Fred VanVleet ne tarde pas avant de lui aussi s’inscrire au tableau et en un clin d’oeil les visiteurs se démarquent tôt avec 15 points, récoltés en seulement quatre minutes. Conséquemment, Norm prend avantage de son départ, s’enflamme et convertit ses cinq premières tentatives du terrain, autant de l’extérieur qu’en attaquant l’anneau.

À noter ici que Powell est le troisième meilleur marqueur de la NBA au premier quart-temps, lorsque titulaire, derrière seulement Joel Embiid et Stephen Curry. Phénoménal.

La défensive poreuse des Wizards – qui l’est depuis le début de la campagne – donne lieu à un gouffre de 10 points déjà pour la troisième pire formation du circuit; Bradley Beal ne trouve pas immédiatement son rythme offensif.

Toutefois, ça ne prend pas de temps avant que les Wizards n’enclenchent la prochaine vitesse, derrière les efforts de Bradley Beal et Rui Hachimura au fil d’une belle séquence pour conclure le quart. En sortie de banc, le combat Robin Lopez-Chris Boucher en est aussi un qui marque cette fenêtre de quelques minutes; ils récoltent tous deux 4 points et 2 rebonds.

Toronto ramène la priorité à 10 points, 40-30 pour faire la transition au 2e.

2e quart

Malgré la présence de Lowry sur les parquets aux côtés d’un alignement presque entièrement de réservistes, plusieurs possessions de piètre qualité font certainement sourciller Nick Nurse, avant que Bembry ne mette fin à cette léthargie à l’aide d’un 3 points opportun, lui qui offre un apport indispensable aux siens à chacune de ses apparitions.

Aron Baynes, pour sa part, ne déploie toujours pas la production longuement espérée de sa part en début de rencontre. Rien de nouveau de ce côté, mais son gabarit aide tout de même d’un point de vue défensif face au plus robuste Lopez car Boucher n’a pas la force nécessaire pour maintenir sa cadence.

Alors que les deux formations en action s’échangent coup de poing après coup de poing, mettant la table pour plusieurs temps morts des deux côtés, ce sont les Torontois qui parviennent quand même à maintenir l’avance au travers de ces nombreuses runs. Chapeau à l’équipe qui n’aurait peut-être pas été en mesure de garder le cap, il y a quelques semaines de cela.

À travers le brouhaha, Toronto domine silencieusement de l’arche en présentant un rendement de 7/13, contre 5/18 pour Washington.

Ponctuant la demie d’un tonitruant dunk, Baynes se rachète en alignant quelques bonnes minutes pour son entraîneur-chef qui lui fait plus confiance ce soir qu’à Boucher. La répartition des minutes est de 15 pour 8, avantage Baynes.

Tout roule comme sur des roulettes pour les Raptors en raison de récoltes grandioses de Norman Powell (15 PTS) et de Pascal Siakam qui mène tous les marqueurs (18 PTS). L’énergie et la distribution de Lowry, tout autant que Fred VanVleet, font du bien à cette formation des Raps qui trouve finalement ses réponses, depuis quelques matchs.

Le coupable pour Washington : peut-être Westbrook qui semble avoir commis une erreur à presque chacune des possessions qu’il orchestrait, mais la véritable superstar des Wiz, Beal, n’aide pas nécessairement non plus en ratant 7 tirs.

Toronto domine 74-61 en rejoignant les vestiaires. Maintenant, il ne suffit plus que de conserver l’avance.

3e quart

Des Raptors incrédules amorcent le troisième engagement de la soirée avec quatre fâcheux revirements de ballon consécutifs, pour permettre à Washington de rogner l’avantage à seulement 9 points. Temps mort.

Heureusement, Spicy P retrouve officiellement son doigté sur les tirs du centre-ville avec trois bombes extérieures à sa fiche, déjà. Il avait raté 29 de ses 32 derniers lancers extérieurs avant de frapper le mille 8 fois pour ses 10 derniers essais.

Brad Beal, qui n’avait mis que 13 points à la première demie, en ajoute 7 à sa fiche dans le cadre d’une remontée éclair des Wizards, qui rencontrent cependant un mur assez rapidement. La défensive dévouée des Raptors et de nombreux double-teams font perdre le nord aux hommes de Scott Brooks qui tombent à court de solutions en fin de 3e.

Alors que ces derniers marquent 3 points de plus que l’opposant au cours de ces 12 minutes, le We the North est toujours devant 103-93.

4e quart

L’un des sous-titres du match, pour la franchise canadienne, aura peut-être été les médiocres débuts de quarts, et cette narrative n’aura jamais été plus vraie qu’à la quatrième portion de la joute. Les Raptors ont soudainement chaud lorsque l’adversaire se hisse jusqu’à un déficit de seulement 5 points en quelques minutes, mais alors que le cadran n’en affiche plus que six, le pire est évité : de retour à 10 points d’écart.

Malgré tout, les poussées saccadées qu’effectue Washington sont en vain. Il ne reste plus que quatre minutes à faire à la soirée, et les visiteurs ont déjà amassé 120 points.

D’ailleurs, la séquence de matchs où les Raptors ont atteint ce plateau arrive maintenant à cinq consécutifs, ce qui représente le plus long de l’histoire de la franchise, ainsi que le plus long pour n’importe quelle formation de la NBA cette année – à égalité avec les Bucks.

Aucun homme n’a brillé plus que Norman Powell ce soir, même si plusieurs de ses coéquipiers ont connu de belles performances. Sa soirée de 28 points efficaces au boulot a ouvert la porte à une dégelée monumentale au 4e. Les locaux se font laver 22 points à 34 pour clore une autre partie somme toute décevante de leur part.

Un air mécontent (devenu routinier) au visage, Beal a été tenu à seulement 24 points obtenus avec un rendement de 40%. La défensive de Pascal Siakam et autres aura été la clé pour freiner les ardeurs du meilleur marqueur du circuit.

Marque finale : TOR 137-115 WAS

Voilà qui couronne une jolie séquence de 5 victoires en 6 matchs pour les hommes de Nick Nurse, ce qui signifie qu’un autre gain contre les Celtics de Boston, jeudi soir, les propulsera vers la barre des .500. À suivre.

Joueurs du match

Raptors : Norman Powell – 28 PTS, 6 REB, 4 AST, 3/4 de la ligne de 3 points.

Wizards : Bradley Beal – 24 PTS, 4 REB, 5 AST, 2 STL

Image par défaut
Liam Houde
Liam a gradué en journalisme au Collège La Cité, à Ottawa. Il aime marier son amour de la rédaction avec sa passion pour le basketball et son objectif est de faire du Québec un endroit où ce sport est un élément clé de la culture.
Publications: 743