Rajon Rondo n’est plus que l’ombre de lui-même

Il fut un temps où Rajon Rondo était un point guard réputé qui participait régulièrement au Match des étoiles, et qui avait son rôle à jouer dans le succès des Celtics de Boston. Cette époque est révolue.

Ayant cédé son chapeau d’option capitale à sa formation pour porter celui d’un réserviste parfaitement convenable avec quelques équipes, Rondo se débrouille beaucoup moins bien que cela à Atlanta. Le genre de joueur qu’il était pour les Lakers n’existe plus de l’autre côté du pays.

En 14 matchs dans l’uniforme des Hawks – avec qui il a signé en novembre, le meneur de 34 ans s’enligne pour enregistrer des records de médiocrité en termes de points et de rebonds, et une deuxième pire marque en carrière pour les passes décisives.

Bien sûr, le facteur « temps de jeu » entre en compte. Rondo n’a jamais joué aussi peu dans sa carrière, il est donc normal que ses moyennes soient historiquement basses.

Mais si on plonge dans le monde des statistiques avancées, on se rend compte qu’il n’y a pas juste le domaine des moyennes qui est affecté à la baisse. À sa 15e saison dans la NBA, le vétéran n’a jamais présenté un taux d’adresse aux tirs (34,5%) aussi bas.

D’autant plus qu’à trois points, c’est tout simplement catastrophique. Pour sa carrière, les tirs à trois points représentent 15% de ses tentatives de tirs en général. En 2020-2021, ce pourcentage grimpe à 47%. C’est un changement drastique dans sa manière de jouer au basketball, littéralement. Et ce serait acceptable s’il obtenait un bon pourcentage de réussite.

Mais ce n’est pas le cas. Il ne réussit que 30,8% de ses essais en territoire payant, ce qui est nettement sous la moyenne de la NBA. Comme quoi sa sélection de tirs n’est plus adaptée à son style de jeu.

Sans ajouter que sa cote défensive (111) n’a jamais été aussi élevée (ce qui est mauvais), que sa cote offensive (96) se situe une quinzaine de points en dessous de la moyenne de la ligue, et que son Player Efficiency Rating (PER, mesure de la contribution générale d’un joueur pour son club) est lui aussi assez faible.

En statistiques avancées, Rondo n’a même plus le calibre d’un réserviste convenable. Et c’est plutôt triste à constater.

Image par défaut
William Thériault
Un vrai passionné du journalisme, William Thériault oeuvre dans plusieurs sphères médiatiques. Jeune et ambitieux, on peut le lire sur différentes plateformes et l'écouter à la radio.
Publications: 700