Les statistiques de Steph Curry cette saison sont presque identiques à celles de sa saison 2015-16

Stephen Curry figure parmi l’élite de la NBA depuis des années, je ne vous apprends rien ici. Son ascension au sommet jusqu’à mettre la main sur deux trophées du joueur le plus utile et sur trois championnats avec Golden State font déjà de lui un joueur qui se méritera une place au Temple de la renommée. Toutefois, si on se fie à sa saison 2020-21, il semble que Chef Curry n’a pas terminé d’ajouter des faits d’armes à son illustre carrière, lui qui a décidé de nous faire revivre l’une des plus grandes saisons de l’histoire pour un seul joueur. Une saison réalisée par nul autre que Steph lui-même.

Au début de la saison, lorsque nous avons appris que Klay Thompson devrait s’absenter pour la totalité de la saison 2020-21, les cœurs des partisans des Warriors se sont déchirés. En effet, c’était supposé être le grand retour des Splash Brothers dans le Bay Area après une saison de misère.

Bref, malgré l’acquisition de Kelly Oubre Jr., l’arrivée de James Wiseman et la première rentrée d’Andrew Wiggins avec les Warriors, on sentait que la seule chose qui pouvait permettre aux Dubs d’espérer connaître du succès, c’était l’homme qui représente le visage de la franchise depuis des années : Stephen Curry.

Après une année où ce dernier avait été limité à cinq matchs, le Dub Nation espérait que son chouchou retrouve la forme. Après tout, sans Klay Thompson ou Kevin Durant pour l’épauler et avec un Draymond Green dont le jeu offensif est désormais inexistant, Chef Curry devait retrouver sa touche.

Non seulement il l’a fait, mais il a retrouvé son niveau qui lui avait valu le titre de MVP en 2015-16.

Pour ceux qui l’auraient oublié, sachez que cette saison-là, Curry avait été nommé MVP de façon unanime. C’est d’ailleurs la seule et unique fois qu’un joueur a remporté le trophée de cette façon.

En ce moment, Curry tourne à 30 points, 6 passes décisives et 5,5 rebonds par match. Ses pourcentages de 49/43/93 sont tout simplement excellents pour un joueur qui prend autant de tirs que lui, et ils le sont encore plus quand on prend en considération qu’il n’a pas une deuxième option de qualité à ses côtés. Oui, Andrew Wiggins connait une belle saison et des joueurs comme Kelly Oubre Jr. et James Wiseman attirent la défense dans une certaine mesure, mais jamais autant qu’un Klay Thompson ou un Draymond Green il y a cinq ans.

On connait l’impact de Curry offensivement (sa statistique Offensive Win Shares de 2,8 le démontre, elle signifie qu’en gros, le jeu offensif de Curry a rapporté 2,8 victoires aux Warriors depuis le début de la saison), mais le meneur des Dubs a également un impact sur le jeu défensif des siens. Il affiche 1,1 au niveau des Defensive Win Shares, ce qui lui donne un bon rythme par rapport à ses autres saisons.

Il est d’ailleurs celui qui affiche le meilleur pour l’efficacité ajustée aux trois points (en gros, il s’agit d’une statistique qui tient compte du fait que les tirs à trois points sont plus difficiles à réussir, donc leur impact sur le pourcentage de tirs réussis est diminué).

Peu importe si on regarde ses statistiques de base ou ses statistiques avancées, Curry a un impact comparable à celui qu’il avait lorsqu’il a été nommé MVP par tous les électeurs. En ce moment, difficile de dire qu’il est seulement le favori en raison des excellentes performances de joueurs comme Nikola Jokic, Joel Embiid et LeBron James, mais Curry est parmi ce groupe sélect de candidats au MVP.

Ne soyez pas surpris de le voir poursuivre sur sa lancée et continuer à grimper dans la hiérarchie du MVP.

Image par défaut
Félix Forget
Publications: 18