Danny Ainge ne voit pas les Celtics comme une équipe de championnat

Après plusieurs bonnes saisons en termes de rendement, les Celtics connaissent une année décevante en 2020-2021. Si leur dossier de 14 victoires contre 14 défaites n’est pas catastrophique, il demeure tout de même fort gênant pour une équipe qui est construite pour se rendre loin en séries éliminatoires.

De passage au 98.5 The Sports Hub, radio sportive du Massachussetts, leur directeur-général Danny Ainge a fait part de son mécontentement par rapport à l’état actuel des choses à Boston.

Selon lui, les Celtics n’ont pas ce qu’il faut pour remporter un championnat.

« Notre effectif n’est évidemment pas bon. Je veux dire, nous sommes une équipe de 14-14. Il n’y a pas de si, de et ou de mais. C’est ce que nous sommes. Cette équipe, ce que nous sommes, 14-14, s’il y a quelqu’un à blâmer, c’est Danny Ainge. Ce n’est pas Brad Stevens. Ce n’est pas Jayson Tatum ou Jaylen Brown. Nous ne sommes pas assez bons en ce moment. Et nous le savons tous. Et, vous savez, nous devons devenir meilleurs. »

– Danny Ainge

Depuis 2015-2016, Boston termine toujours l’année avec au moins 48 victoires à sa fiche. Ça inclut même l’année dernière, ou la troupe de Brad Stevens n’a disputé que 72 parties sur 82. On y avait bâti une culture gagnante qui s’estompe progressivement, d’où la frustration ressentie par sa direction.

Évidemment, la pandémie a son rôle à jouer. Même si elle existe pour les 30 franchises de la NBA, elle a été particulièrement plus dure à l’endroit des Celtics.

« Notre équipe partante – ou plutôt l’équipe qu’on imaginait comme partante – a joué 20 minutes dans toute l’année. Nous n’avons juste eu aucune sorte de flux ou de lancée constante. […] C’est tellement une période étrange, avec la COVID. Il y a des gars qui attendent des résultats de tests et qui ne pratiquent pas du tout autant [qu’on le voudrait]. »

– Danny Ainge

Jayson Tatum a raté quelques matchs. Marcus Smart est régulièrement absent. Kemba Walker l’est la moitié du temps. Ce n’est pas la production qui manque à Boston, c’est la disponibilité et la santé de ses joueurs.

Et ça engendre de tristes résultats, comme leurs trois dernières rencontres perdues contre les Wizards, les Pistons et puis les Hawks. Ou huit revers à leurs douze derniers matchs.

Si les blessures et le virus les lâchent, ils devraient s’en sortir.

Image par défaut
William Thériault
Un vrai passionné du journalisme, William Thériault oeuvre dans plusieurs sphères médiatiques. Jeune et ambitieux, on peut le lire sur différentes plateformes et l'écouter à la radio.
Publications: 702