Les Raptors glissent jusqu’au 11e rang

Après avoir complété une merveilleuse remontée au classement, grâce à une séquence de 9-5 à travers le mois de février, voilà que les Raptors de Toronto retrouvent les bas-fonds de l’Est avec leur plus récente défaite aux mains des Bulls de Chicago. Cette dernière fait croître une série de cinq revers, tous au mois de mars, pour cette formation des Raps qui est toujours cruellement à court de personnel. Comme un miracle, on attend le retour de Pascal Siakam, Fred VanVleet et OG Anunoby avec impatience.

Le seul aspect positif à être retenu par les partisans du We the North, au début de la rencontre, était le jeu de Norman Powell qui continuait de scintiller à titre de partant. C’est le shooting guard qui a mené la charge en première demie avec 17 points, mais devait tenter de grimper hors d’un trou tandis que l’effort collectif était quasi-absent de la part de ses collègues.

C’était plus apparent que jamais au 1er quart, lorsque l’alignement qu’envoit Nick Nurse semble totalement léthargique des deux côtés des parquets; ils tirent collectivement à 24% (6-25) du terrain au 1er, incluant 2-12 dans la clé. Malgré ce marasme, les Torontois réduisent tout de même le déficit à 6 puisque l’adversaire ne convertit qu’une seule de ses neuf tentatives de la ligne de 3 points.

Kyle Lowry et sa charge de travail de plus en plus lourde au travers des derniers matchs vient rapidement se joindre à Powell pour redresser le navire et Kyle marque ses paniers d’un peu partout sur le terrain pour aider Norm à récolter 30 des 40 premiers points de l’équipe.

Évidemment, les Raptors continuent de jouer de l’arrière alors que les Bulls retrouvent un certain degré de précision, au périmètre. Heureusement, Zach LaVine n’est pas un facteur d’importance jusqu’à présent, lui qui n’enregistre qu’un maigre 4 points pour la première demie.

On rejoint les vestiaires avec un écart de 49-58.

Pour les hôtes du United Center, la recrue Patrick Williams impressionne tout en établissant un nouveau sommet de points en carrière avec 23. Le 4e choix au total en 2020 effectue le fait d’armes sur un rendement de 9/14 en y ajoutant 6 rebonds et 4 passes décisives. Sa défensive de qualité, ainsi que son mouvement sans le ballon ont également témoigné de son potentiel énorme.

Pour les Raptors de Tampa Bay, l’histoire de la deuxième demie s’écrit de façon relativement similaire. Une priorité adverse qui s’est aggravé jusqu’à représenter 23 points est rognée brièvement par quelques poussées des Raps, ici et là, mais rien n’est concluant.

Malgré ses 17 points et 4 rebonds, Chris Boucher connaît une rare mauvaise soirée du périmètre, ne mettant que 1/5 de ses lancers extérieurs. Après ces trois hommes (Powell, Lowry, Boucher), personne ne s’est levé pour contribuer avec plus de 6 points; une déception pour ce club qui ne faisait pas face au meilleur effort des Bulls.

Tout de même, Lauri Markkanen, qui retrouvait le terrain pour un troisième match consécutif après avoir raté les 13 derniers engagements des siens, faisait bien les choses pour 13 points, 7 rebonds et deux bombes à 3 points importantes au 4e quart-temps.

C’est d’ailleurs à ce moment que le 7e meilleur marqueur du circuit et participant au Match des étoiles, Zach LaVine, s’est finalement réveillé pour enterrer l’opposant. En fin de compte, Chicago domine simplement ses visiteurs aux chapitres de l’efficacité (45% contre 38%) et du rebond (60 contre 37), dévoilant davantage au grand jour les faiblesses de la franchise canadienne.

Les Raps retournent vers Tampa Bay les mains vides, essuyant un revers de 95-118.

Aron Baynes (6 PTS, 5 REB, 0/5 dans la clé) et DeAndre’ Bembry (0 PTS, 0/5 au total, 15 MIN) ont particulièrement déçu pour Nick Nurse, mais il faut rappeler qu’on ne peut pas tirer trop de conclusions des performances de ces Raptors à court d’hommes, alors qu’elles ne sont pas représentatives des vraies habiletés de cette formation.

C’est d’ailleurs un des points que Kyle Lowry souhaitait souligner en conférence de fin de rencontre.

Le meneur de la concession torontoise a aussi adressé – avec retenue – la deuxième faute technique qui lui a été balancée à la dernière portion de jeu, pour le contraindre à quitter la partie. Objectivement, l’appel de l’arbitre est douteux d’un point de vue extérieur. K-Low était du même avis.

Voici la séquence en question :

La décision, quoiqu’insignifiante au final, est difficile à digérer, tout comme cette cinquième défaite consécutive; Toronto présente maintenant une fiche de parcours de 17-22, initiant une chute libre jusqu’au 11e échelon de la conférence. La bonne nouvelle? Ils ne sont qu’à quatre matchs de la 4e place (Heat de Miami) et à deux matchs d’une place en séries.

Attribuant les récents déboires à l’absence de trois de ses cinq meilleurs joueurs, les Raptors ne sont pas inquiets par rapport à leurs chances de faire compétition aux meilleurs clubs de l’Est en séries éliminatoires.

Toutefois, il faut affronter le défi imminent un jour à la fois. Les hommes de Tampa Bay retournent en Floride pour un congé de deux jours bien mérité, avant de s’envoler vers Detroit avec un effectif presque complet : il s’agira du retour tant attendu de Siakam, VanVleet et Anunoby. Ne manquez donc pas le combat contre les Pistons mercredi prochain, à 19h00.

Image par défaut
Liam Houde
Liam a gradué en journalisme au Collège La Cité, à Ottawa. Il aime marier son amour de la rédaction avec sa passion pour le basketball et son objectif est de faire du Québec un endroit où ce sport est un élément clé de la culture.
Publications: 743