Boucher fracasse ses records personnels de points et rebonds, dans la défaite

Alors qu’un grand lot des dernières défaites des Raptors laissaient un goût très amer dans la bouche de leurs partisans, cette plus récente, aux mains des Bulls, se digère un peu mieux, grâce à ce qu’a démontré Chris Boucher. Le centre québécois signe de loin sa meilleure prestation de sa carrière en surpassant deux de ses sommets personnels. Pascal Siakam a également impressionné, bien plus efficace qu’à sa dernière performance, mais au final, ce sera la profondeur de Chicago qui aura le dessus sur cette unité torontoise à court de personnel – Fred VanVleet (hanche) et Kyle Lowry (orteil) étaient tenus l’écart.

La sortie en lion des Raptors est d’abord menée par Pascal Siakam et Chris Boucher qui s’improvisent comme les principaux canons offensifs au 1er quart. OG Anunoby se démarque aussi très tôt dans l’engagement par son haut degré d’énergie, en trouvant le mille à deux de ses six tentatives de la demie du royaume des 3 points.

C’est Chris, le pivot Montréalais des Raps portant le chapeau de titulaire, qui se charge d’abord de procurer une bonne dose de défensive aux siens, avec ce fantastique bloc, notamment :

D’entrée de jeu, ce groupe de partants inhabituel connaît du succès, alors que Malachi Flynn fait preuve de bonnes habiletés de manufacture de jeu, menant cette unité des Raptors qui demeure sur les parquets pour la majorité du 1er quart-temps. Il termine sa soirée de travail avec 8 assistances.

Or, ça ne prend pas de temps aux Bulls pour rogner une avance de 10 points et ensuite prendre les devants, alors que le manque de créateurs offensifs des Raptors se fait sentir. Il n’y a que Flynn et Siakam qui soient en mesure d’endosser ce rôle, et même là, c’est généreux.

L’ajustement de Billy Donovan qui fait le plus mal à Nick Nurse et ses hommes arrive lorsque Nikola Vucevic, Daniel Theis et Lauri Markkanen sont lancés sur les parquets au même moment : Toronto ne parvient simplement pas à contrer ce line-up d’une telle stature.

Les Raptors de Tampa Bay n’enregistrent aucun panier pendant presque 5 minutes, avant que Spicy P ne sorte quelques tours de son sac pour mettre un frein à cette sécheresse offensive.

Même s’il est entouré de géants à l’intérieur, Boucher tient bon avant que Baynes ne vienne prendre la relève et l’épauler sous l’anneau, en réponse au stratagème des opposants. Toutefois, la défensive collective, ainsi qu’une deuxième unité hautement qualifiée des Bulls fait grimper leur avance au 2e quart, et ce, jusqu’à 20 points.

Partant au poste de shooting guard, Gary Trent Jr. connait quelques difficultés en ratant ses huit premières tentatives, finissant la soirée avec une mince récolte de 6 points (2/14 FG).

Points positifs de la première demie? 1) Boucher souhaite vraisemblablement faire réfléchir son entraîneur-chef, quant à sa candidature en vue d’un poste de partant plus constant, et 2) Siakam n’a pas perdu de sa confiance après avoir tiré le ballon à moins de 30% au dernier combat des Raps, contre L.A. Son rendement était de 59% cette fois.

OG est finalement l’auteur d’une séquence de huit points sans réponse avant la sirène, pour réduire l’écart à 10 avant de rejoindre les vestiaires. Une lueur d’espoir prend vie.

Les hôtes du United Center mènent 61-51 à la mi-temps.

C’est P Skills qui endosse la charge offensive des Raptors au 3e, lui qui y récolte 11 points et perce vers le panier avec succès pour enchaîner quelques vrilles et tenter de hisser les siens hors du gouffre qui a été creusé trop tôt.

Cependant, la deuxième unité des hommes à domicile est trop imposante pour celle des visiteurs, merci à Coby White, Daniel Theis et Lauri Markkanen qui récoltent tous entre 14 et 18 points. C’est cette disparité – ainsi qu’un contraste énorme au niveau des passes (CHI 35 – 19 TOR) – qui permet à l’avance de Chicago de monter jusqu’à 20, à nouveau.

Chaque jeu de qualité que Toronto parvient à mettre sur pied semble être immédiatement annulé de l’autre côté par Vucevic, LaVine ou l’une des autres pièces de haut niveau des adversaires.

Tôt au 4e quart, quelques séquences offensives des Bulls mettent le match presque hors de portée, les Raptors tirent de l’arrière par environ 15 points pour plusieurs minutes, sans que la différence ne vacille trop.

Néanmoins, le jeu intérieur du frontcourt des Torontois est presque sans faille, particulièrement au rebond; Boucher travaille bien avec Baynes et établit un nouveau sommet en carrière au chapitre des rebonds avec un total de 19.

Soudainement, alors que le cadran affiche moins de 5 minutes, ce dernier s’enflamme de la ligne des 3 points pour donner une bonne frousse à LaVine et compagnie. Le natif de Montréal-Nord est spectaculaire au 4e et pousse les Raptors à seulement 7 points de la priorité, avec 3 minutes à faire.

Toutefois, cette remontée éclair est réduite au silence par Zach LaVine, tel le joueur étoile qu’il est, à l’aide d’une dague du périmètre en fin de rencontre pour sceller l’issue du match. Tout de même, cette explosion de Boucher lui permet d’également fracasser son record de points en une rencontre (30) avec 38. Il n’était qu’à un seul petit rebond de signer le premier match de 30 points ou plus et 20 rebonds ou plus dans l’histoire de la franchise.

Or, les Bulls de Chicago s’en sortent, vainqueurs par la marque de 122-113.

Joueurs du match :

Chris Boucher (TOR) : 38 PTS, 19 REB, 1 AST, 1 BLK, 1 STL

Zach LaVine (CHI) : 22 PTS, 6 REB, 13 AST, 3 STL

Image par défaut
Liam Houde
Liam a gradué en journalisme au Collège La Cité, à Ottawa. Il aime marier son amour de la rédaction avec sa passion pour le basketball et son objectif est de faire du Québec un endroit où ce sport est un élément clé de la culture.
Publications: 742